mercredi 6 janvier 2016

Rebecca de Daphné Du Maurier

Synopsis

Une longue allée serpente entre des arbres centenaires, la brume s'accroche aux branches et, tout au bout, niché entre la mer et les bois sombres, un château splendide: Manderley, le triomphe de Rébecca, la première Mme de Winter, belle, troublante, admirée de tous.
Un an après sa mort, le charme noir de Rébecca tient encore en son pouvoir le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse de Maxim de Winter, jeune et timide, pourra-t-elle échapper à cette ombre inquiétante, à son souvenir obsédant qui menacent jour après jour de plonger Manderley dans les ténèbres ?

Mon avis

Il s'agit de la nouvelle traduction de l’œuvre de Daphné  du Maurier  dont j'avais entendu beaucoup de bien dans des émissions littéraires qui m'avaient donné très envie de découvrir cette œuvre.

N'ayant pas lu la quatrième de couverture, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Or très rapidement j'ai eu une impression de déjà vu, en effet il s'agit d'un roman qui a inspiré un film d'Alfred Hitchcock que j'ai vu il y a plusieurs années.

Pour ce qui est du style, il y a beaucoup de descriptions et elles ne m'ont pas toujours semblé nécessaires ou utiles au récit. L'intrigue met beaucoup de temps à se mettre en place.

Pour ce qui est des deux personnages principaux (vivants), la nouvelle épouse est assez insipide, il faut attendre plus d'une centaine de pages pour qu'elle commence à se "réveiller" / révéler, son mari quant à lui est assez énigmatique, on le voit peu et il parle peu. Le récit est entièrement du point de vu de la nouvelle épouse dont il me semble que l'on a pas le nom.

L'intrigue très lente à se mettre en place et l'autoapitoiement permanent de la nouvelle épouse m'ont sérieusement donné envie d'abandonner ce roman. Heureusement, j'ai persévéré et j'ai lu la suite en une journée! A un moment donné le récit se transforme en même temps que notre narratrice. L'histoire ainsi que les personnages deviennent plus vivants, on apprends à les connaître et il y a beaucoup de rebondissements.

Le film mine de rien m'a beaucoup marqué car je l'ai vu il y a de nombreuses années et je l'avais totalement oublié. Or très rapidement des scènes et la clé de l'intrigue me sont revenues en mémoire, ce qui m'a totalement cassé l'effet de surprise. A contrario cela m'a motivé à poursuivre ma lecture afin de découvrir si le roman était à la hauteur du film voir le surpassé!

D'après mes souvenirs le film est une bonne adaptation mais à ne surtout pas regarder avant la lecture du roman car il cassera toutes les surprises et rebondissement!

Ce roman qui date de la fin des années 30 est comparé par certains éditeurs à Jane Eyre, qui est un de mes romans préférés lus plusieurs fois, et aux Hauts de Hurlevent en tant que mythe littéraire. Pour ma part je ne suis pas tout à fait d'accord, car les personnages féminins sont de prime abords très différents ainsi que les modes narratifs, par contre effectivement en ce qui concerne la dynamique du couple on retrouve de grandes similitudes.

Globalement l'histoire et le style sont très intéressants et méritent de dépasser les 150/200 premières pages qui sont rébarbatives, à cause de la jeune mariée qui ne fait que s'autoflageller, pour entrer dans la seconde partie où les personnages deviennent vivants et où il y a de l'action.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui c'est un roman qui vaut le détour ;)

      Supprimer
  2. j'ai beaucoup aimé le style et l'intrigue mais avec l'ancienne traduction.
    Le lecteur entre dans un univers, une ambiance hors du commun, c'est fantastique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est aussi le cas avec la nouvelle traduction :)

      Supprimer