jeudi 11 septembre 2014

L'armoire des robes oubliées de Riikka Pulkkinen

Synopsis

Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d'un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna découvre que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille.

Une vieille robe trouvée par hasard, et dont elle apprend qu'elle aurait appartenu à une certaine Eeva, va réveiller le passé. Cette Eeva, dont on ne lui a jamais parlé, aurait été, dans les années 60, la nourrice de sa mère. Mais Anna ne tarde pas à comprendre qu'elle a été beaucoup plus qu'une employée et que son grand-père, peintre célèbre, l'a profondément aimée...

Mon avis


J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge VLE sur la Finlande. Ayant entendu beaucoup de bien sur ce roman et n'ayant pas de synopsis sur la quatrième de couverture, je suis partie un peu à l'aveugle en empruntant ce livre à la bibliothèque.
Je dois avouer que j'ai eu un mal fou à atteindre les 100 premières pages, je n'arrivais pas à accrocher à l'histoire. Ensuite la lecture a été un peu plus simple, car je me suis un peu attachée à Anna et à Eeva, et j'espérais que ce livre m'apporterait une bonne surprise par la suite.
Honnêtement, cette lecture n'a pas été agréable, je pense que je n'étais pas d'humeur à lire une histoire aussi "douloureuse". 

Par contre, je dois reconnaître que l'auteur a une plume intéressante et bien quelle soit très jeune, elle a rédigé ce roman a trente ans,  elle est capable d'exprimer avec force les sentiments et le vécu parfois douloureux de ses personnages, que ce soit aussi bien une grand mère en fin de vie que d'une jeune femme trahie ou d'un vieil homme...

Ce livre est mine d'or en ce qui concerne les citations, voici quelques exemple:

A chaque époque il y a des gens, jeunes, qui se convainquent que ce qu'ils vivent n'est jamais arrivé à personne d'autres avant eux. Ils croient que leur vie, leurs joies et leurs chagrins mêmes sont exceptionnels. Que leurs amours à eux sont plus fortes que celles des autres. Ils croient que jamais ne leur échoira de sentir le poids des jours. Et peut-être est-ce le cas. Les jeunes possèdent le monde entier et le dilapident sans tristesse, parce qu'ils sont impatients de gagner d'autres mondes, toujours nouveaux. (p.46) 

 Personne ne peut nier son origine, ses conditions premières. Chacun doit se débrouiller avec son enfance pour mettre quelque chose d'autre à la place. Et ce n'est que comme ça que les gens s'en sortent, qu'ils accèdent au bonheur. (p57)

Les relations entre les gens sont comme des bois touffus.Ou bien les gens eux-mêmes sont des forêts, les sentiers s'ouvrent en eux l'un après l'autre, chemins se demeurant mutuellement inconnus, ne débouchant que par hasard sur les voies qui conduisent au bon endroit. (p36)

En demandant pardon, on demande à être vu tel que l’on est, en dépit de ses actes. Répondre à cette demande, c’est l’amour le plus profond dont un humain soit capable. (p383)

 A un moment vous vous réveillez, tout simplement, et vous vous apercevez que vous êtes vieux. Vous montez dans le tramway et vous constatez que les voyageurs font de la place pour que vous puissiez vous asseoir. Vous vous dites : je ne suis pas infirme ! Vous comprenez après : mais je suis vieux.(p61)

Pour conclure, cette lecture m'a laissé un avis mitigé comme vous pouvez le constater et je vous invite à vous faire votre propre opinion. A bientôt et bonne lecture à tous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire