jeudi 3 avril 2014

Kaboul Disco, tome 2 : Comment je ne suis pas devenu opiomane en Afghanistan de Nicolas Wild


Synopsis:

Après de brèves vacances passées dans son Alsace natale (le temps de boire quelques bières), Nicolas est de retour en Afghanistan, pour un nouveau contrat à l’agence de communication Zendagui.
La Constitution Afghane désormais illustrée en bande dessinée (voir le tome 1), Nicolas doit oeuvrer à une campagne de communication pour la lutte contre l’opium. Le slogan à illustrer, particulièrement original, est : « L’Opium, c’est mal »…

Mon avis:

Le dépaysement est toujours de mise, ainsi que les découvertes sur ce pays certes moins nombreuses que dans le premier tome. En effet, l'auteur continue de mener sa drôle d’existence d’expatrié dans un Kaboul moins pacifié qu’on ne pourrait l’espérer.
La "première" partie (intitulée partie 3), bien que dans la continuité du premier tome, m'a un peu déçue car trop semblable. Par contre, je me suis laissée prendre à l'action de la "seconde" partie (partie 4) qui est plus mouvementée.

Si le graphisme est d'abord simple en noir et blanc, il est néanmoins très détaillé et on se laisse facilement transporter dans cet univers. De plus, le bonus avec les photos des lieux et des personnages présents dans la BD, ajoute un côté authentique au  regard de faux naïf, ironique et pertinent sur les réalités d’un pays, dont l’instabilité va croître au fur et à mesure du récit (solidarités, mesquineries, violences...).

Livre lu dans le cadre du challenge comme à l'école.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire