mercredi 13 février 2019

La Croisade des Carpates de Vanessa Callico et Diana Callico


Synopsis

Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d'une jeune aristocrate du XVème siècle promise à Vlad Drakul ?
C'est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussé dans une faille volcanique par le linguiste qu'elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l'esprit d'un légat du pape, il s'agit de Drakul, n'a que ce moyen pour sauver les deux époques de l'Apocalypse.
Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIeme siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVème, de monstrueuses créatures surgissent au cœur du Danube.

Mon avis

J'ai lu ce roman après avoir rencontré l'auteur aux Imaginales.

Il s'agit du premier tome d'une trilogie qui est maintenant terminée.

Attention, il ne faut pas se fier à la couverture et au titre, il ne s'agit pas d'une romance, ni d'une histoire de vampires, mais d'une intrigue centrée sur le mythe de l'Apocalypse.

J'ai beaucoup apprécié le vocabulaire recherché, voir soutenu, adapté au contexte historique et ou scientifique: j'y ai appris quelques mots! De plus, chaque chapitre commence par une citation de textes anciens comme la bible, le coran ou plus récemment la légende des siècles de Victor Hugo.

Il y a pas mal de scènes gores: à éviter si vous avez la phobie des insectes en tous genres.

L'intrigue est très développée avec des aspects très différents d'un chapitre à l'autre, on ne s'ennuie pas.

Comme vous pouvez le voir, ce roman présente des caractéristiques bien spécifiques, dont il faut tenir compte, car elles ne plairont pas à tous, mais il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'un roman très riche.

lundi 4 février 2019

Solitude d'un autre genre de Kabi Nagata

Synopsis

Kabi Nagata, 28 ans, souffrant de dépression et de troubles alimentaires, vit encore chez ses parents, et n’a pas trouvé sa place dans la société. Après de nombreux échecs et petits boulots, elle réalise ce qu’elle souhaite vraiment faire : dessiner des mangas ! En parallèle de ses débuts artistiques, elle se sent terriblement seule et réalise qu’elle n’a aucune expérience sexuelle. Elle désespère d’avoir quelqu’un ne serait-ce que pour la prendre dans ses bras. Elle décide alors, pour le bien de sa création artistique mais aussi pour elle-même, d’avoir recours à une prostituée afin d'être prise dans les bras...

Mon avis:

Cette bande dessinée sur le mal être d'une adolescente, puis d'une jeune femme japonaise, concentre à elle seule de nombreux problèmes que rencontrent les jeunes japonnais: rapport aux parents, problème de logement, vie sentimentale, rapport au corps, pression sociale, angoisse, etc...
C'est à la fois synthétique car le lecteur apprend beaucoup en une seule lecture, mais d'un autre côté cela fait parfois beaucoup pour un seul personnage.

Le graphisme est minimaliste mais il transmet bien le message. J'ai trouvé que ce livre se lisait facilement. J'ai beaucoup apprécié la post face qui explique bien le contexte dans lequel s'inscrit ce récit avec des éléments de culture japonaise.

Contrairement à ce qu'annonce le bandeau amovible "racoleur" à mon goût, ce manga n'aborde pas tant la sexualité de l'auteur, mais plutôt son absence de sexualité et son rapport au corps compliqué.

J'ai trouvé cette lecture très intéressante. Elle explique le cheminement intérieur de l'auteure pour sa reconstruction.

Je remercie babélio et la maison d'édition Pika graphique pour cette très belle lecture qui entre dans le cadre de la masse critique babelio.

dimanche 16 décembre 2018

Mauvais genre de Isabelle Villain

Synopsis

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d'une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l'équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d'une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d'effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L'entourage de la victime est passé au crible, et l'histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Mon avis

Tout d'abord je tiens à dire qu'il s'agit d'une bonne lecture. En effet, ce roman est agréable à lire. 

Le lecteur suit les enquêtes (3 ça commence à faire beaucoup) du point de vue des enquêteurs, donc il n'est pas omniscient comme souvent.

Par contre, je trouve que le nombre d'intrigues abordées au sein d'un petit roman donne l'impression que les enquêtes sont survolées et peu approfondies. De même les personnages sont relativement attachants mais ils ne sont pas très approfondis. Je ne sais pas si cela est voulu. En effet, la fin laisse supposer une suite. Peut être que l'auteure va développer ses personnages dans un prochain tome?
 
Pour ce qui est du mystère, j'ai quasiment tout vu venir, sauf le retournement final où je me suis complètement trompée de coupable!
Ce roman aborde différentes thématiques intéressantes avec notamment la condition des femmes. J'ai trouvé qu'il y a pas mal de violences en tous genres dans ce récit.

Pour conclure, je trouve qu'il s'agit d'un policier qui se lit bien et rapidement, mais qui aurait mérité d'être un peu plus approfondi.

Je remercie les éditions taurnada pour cette lecture.

mercredi 12 décembre 2018

Alan Lambin et l'esprit qui pleurait de Jean-Marc Dhainaut

Synopsis

Région de Caen, novembre 1982. Brice, 16 ans, se réveille installé à son bureau, un crayon à la main. Perplexe, il observe son lit défait dans lequel il s'est pourtant couché la veille. Que fait-il assis là ? En posant soudain les yeux sur la couverture de son livre de mathématiques, il peut y lire : « Je m'appelle Rose Feibelman, et je suis morte dans cette maison. »
Un événement étrange qui vient s'ajouter à tous ceux qui frappent la famille Chanal depuis quelque temps.

Mon avis

Cette nouvelle, que l'on peut trouver sur le site de Taurnada gratuitement, est sortie à l'occasion d'Halloween. Si elle prend toute sa part dans l'ensemble de la saga Alan Lambin, elle peut se lire indépendamment.

C'est avec  plaisirs que je lis chacune des aventures d'Alan Lambin, le personnage principal de Jean Marc Dhainaut, dans ses enquêtes paranormales qui mélangent phénomènes inquiétants et contexte historique.
Voici mes précédentes chroniques: La maison bleu horizon , Les prières de sang , Alain Lambin et le fantôme au crayon.

On suivra pas à pas notre enquêteur septique. Cette nouvelle vous tiendra en haleine une soirée. Jean-Marc Dhainaut ne nous laisse pas de répit. Le récit est bien construit: on n'a pas l'impression qu'il s'agit d'une nouvelle, car l'histoire est bien développée avec son contexte, ses personnages secondaires, etc...

J'ai passé un très bon moment de lecture. Je vous recommande vivement cette lecture.

liens vers téléchargement gratuit ici

jeudi 27 septembre 2018

Alma de Cizia Zykë

Synopsis

Une petite fille aux étranges pouvoirs vient au monde. Autour d'elle, c'est l'Espagne du Moyen Âge, barbare autant que raffinée, à la fois religieuse et brutale, où la reine Isabelle la Catholique s'apprête à chasser tous les Juifs du royaume.
La petite Alma, celle qui parle avec Dieu, deviendra-t-elle le guide dont son peuple a besoin, ou bien sera-t-elle comme tant d'autres balayée par le vent mauvais de l'Histoire ?

Mon avis

Si je suis habituée aux récits des éditions Taurnada, j'ai été très surprise par ma lecture. En effet, la thématique historico-mystique est une nouveauté dans cette maison d'édition. Le style incisif, drôle, décalé et cru, voir cruel par moment est une marque de fabrique des éditions Taurnada.

Ce récit court, captivant, dérangeant et déroutant parfois, ne plaira pas à tous, mais le style atypique vaut le détour rien que par curiosité. En effet, l'auteur joue avec le lecteur et avec les mots. Il apostrophe le lecteur et lui parle en aparté, ce qui ne plaira pas à certains. Si cela m'a dérangé au début, je m'y suis habituée très vite. Ces effets de styles cassent le rythme et relancent le récit dans une dynamique différente.

Le fait que ce soit un conte pousse le lecteur à s'interroger et à chercher le message  véhiculé. On y trouve des passages tendres et d'autres très cruels. C'est dans ces moments que j'ai trouvé les apartés de l'auteur salvateurs. En effets, ces derniers marquent des pauses dans le récit qui est parfois violent mais historiquement justifié.

Par contre, j'ai été un peu déçue du fait que l'on suit Alma d'assez loin. Je pensais que l'on en saurait beaucoup plus sur elle, sur ce qu'elle vivait, ses ressentis, son histoire, son message. C'est mon seul regret concernant cette lecture.

Vous l'aurez compris, il s'agit d'une lecture atypique, très intéressante, pour qui veut se lancer dans l'aventure.

mercredi 25 juillet 2018

Les prières de sang de Jean-Marc Dhainaut

Synopsis

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire…

Mon avis

Ce second tome des aventures de Alan peut se lire indépendamment du premier.

Le côté historique avec les templiers m'a beaucoup plu. On y retrouve des fantômes et entités maléfiques, mais les peureux comme moi pourront très bien lire ce roman en journée!

Les personnages principaux d'Alan et de son assistante sont beaucoup plus développés que dans le premier volume, ce qui les rend plus attachants: on se demande ce qu'ils vont devenir, comment leur vie va évoluer...

J'ai trouvé ce second volume plus abouti et plus riche que le premier. En effet, on retrouve les points positifs de la maison bleu horizon  (fantômes, années 80, intrigue historique, suspense, une plume agréable et efficace) avec plus de liant et des personnages récurrents qui deviennent attachants.

Une bonne lecture pour frissonner que je recommande chaudement.

Je remercie les éditions Taurnada pour ce très bon moment de lecture.

lundi 23 juillet 2018

Telle que tu me vois de Elodie Lenoir et Emmanuelle Belohradsky

Synopsis

J'ai quinze ans et je n'ai toujours pas mes règles. Tant pis, je garde précieusement au fond de mon sac un tampon, pour le jour où. Mais ce jour n'arrivera pas. L'échographie a révélé un trou noir à la place de l'utérus. Un trou noir ? Chez moi, cela résonne comme un vide abyssal. Mais alors, est-ce que je pourrais avoir des enfants ? Est-ce que je suis quand même une femme ? Mes parents savaient, pourquoi n'ont-ils rien dit ? Je comprendrai plus tard qu'il ne s'agit pas tant d'astronomie que d'un syndrome rare : je suis une femme XY. Une fille avec le patrimoine génétique d'un garçon. Et il faudra bien que j'apprenne à vivre avec.

Mon avis

Cette lecture entre dans la cadre de la masse critique Babélio que je remercie ainsi que les éditions de La martinière

Ce témoignage touchant et parfois dérangeant m'a fait verser ma petite larme.

J'ai été interpelée par ce sujet dont j'avais vaguement entendu parlé et que je ne connaissais pas.

Le format  proche du journal intime m'a un peu gênée dans le côté parfois très violent et premier degrés des réactions du personnage principal. J'ai ressenti sa sincérité, sa douleur et parfois sa violence. Je m'attendais ou j'espérais un récit avec un peu plus de recul sur ce syndrome, ce qui m'a déstabilisée. Au final, on suit le parcours "émotionnel" et "sentimental" du personnage de façon chronologique, avec les différentes étapes de découverte et d'acceptation de soi.

J'ai plus eu l'impression de lire un témoignage centré sur la stérilité annoncée à une jeune fille, que sur le syndrome d'une femme XY qui n'est annoncé que dans la dernière partie du témoignage.

Je pense que ce témoignage intéressera toute personne voulant avoir un éclairage sur le ressenti d'une femme confrontée à la stérilité féminine ne pouvant bénéficier actuellement de traitement ou d'alternative médicale.

samedi 21 juillet 2018

Atagoul : La forêt des chats, tome 1 de Hiroshi Masumara

Synopsis

Atagoul est un pays étrange où vivent avec les humains des chats qui marchent et qui parlent, mais aussi d'autres drôles de personnages : un glouton, un arrogant et un naïf, mais surtout le vil Hideyoshi.

Mon avis

Ne faites pas comme moi, ne lisez pas ce manga en espérant une histoire mignonne de chats vivants dans une forêt à destination des enfants car ce n'est pas du tout le cas.

Il s'agit d'un manga seinen, à destination d'un public adulte, qui date de 1999 au Japon. Il y a actuellement 4 volumes parus en France.

Les histoires sont plus ou moins déjantées, dans un monde féerique, avec des personnages au graphisme mignon, mais qui disent des grossièretés, qui sont parfois gloutons, envieux, etc ...

J'ai lu ce manga en deux fois. Les premières histoires m'ont laissée perplexe et je me suis demandée si je n'allais pas abandonner ma lecture. Comme j'avais acheté les 4 tomes d'occasion, j'ai voulu persévérer et donner une chance au manga car je suis curieuse! Le lendemain j'ai terminé ma lecture, après avoir digéré le choc premier entre le gouffre qui séparait mes attentes de lectrice et ce que souhaitait proposer l'auteur.

Chaque histoire est indépendante des autres et chacune propose un message caché derrière un récit un peu "what the fuck ". Les personnages ne sont pas toujours ce qu'ils paraissent de prime abord et à la fin du volume il y a un épilogue, où l'auteur présente un élément de compréhension pour chaque aventure.

Pour conclure, ce manga est destiné à un public "averti" (il n'y a pas de scène choquante) car il n'est pas très abordable pour le grand public: il faut aimer les contextes déjantés et s'attarder sur les messages véhiculés.

lundi 21 mai 2018

Hunter de Roy Braverman

Synopsis

Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée.

Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues.
Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. 


Mon avis 

Il s'agit d'un très bon thriller qui a frisé le coup de cœur. Il se lit très bien, même pour les âmes sensibles car la plupart des sévices sont suggérés, ce qui rend la lecture supportable.

L'auteur maintient le suspens jusqu'au bout grâce à de nombreux rebondissements. Le lecteur ne s'ennuie à aucun moment.

J'ai trouvé certains personnages attachants Freeman, Denise, Louise et Hunter tandis que d'autres sont détestables: là je ne peux vous dire qui sans spoiler. Roy Braverman (alias Ian Manook) donne de l’épaisseur à tous ses personnages même à ceux qui ne feront que passer.

Si je n'ai pas atteint le coup de cœur c'est qu'il m'a semblé que l'auteur en faisait parfois trop. En effet, il use et abuse à mon goût de certains procédés qui font les points forts et l'originalité de ce roman, mais parfois un soupçon de légèreté aurait été plus réaliste (exemples qui ne spoilent pas: les passages développés sur le FBI et sur le système carcéral américain).

La fin me fait espérer une suite des aventures de certains personnages (point confirmé par l'auteur), que j'espère pouvoir découvrir avec plaisir, car ce roman n'en reste pas moins à mon avis un excellent thriller.

dimanche 6 mai 2018

Let's be a family de Tomo Kurahashi

Synopsis

Chiaki et Kazuma sortent ensemble depuis huit ans.
Un jour Tomoe, leur amie d’enfance, débarque en larmes avec son bébé et leur dit : "je vous confie Ayu !"
Du jour au lendemain, ils deviennent donc papas et voient leur vie changer du tout au tout ! Outre le fait de n’avoir aucune notion en matière d’éducation, ils vont devoir également apprendre à concilier leur vie professionnelle et le fait de s’occuper d’un enfant, une chose tout sauf facile, surtout quand on travaille tard le soir.
Les joies de la vie de famille résonneront ils entre leurs murs ? Une chose est sûre, le quotidien de nos deux nouveaux papas de ne sera plus jamais le même.

Mon avis:

Cette lecture entre dans le cadre de la masse critique Babélio, j'en remercie donc les éditions Taifu comics et Babelio.

J'ai beaucoup aimé ce Yaoi, qui nous présente une très belle histoire  d'amour, d'amitié et de famille. Les personnages sont crédibles. S'il y a quelques scènes de sexe, ce manga fait la part belle aux différentes étapes de vie  de nos deux héros, leur mise en couple, leur installation, la construction de leur cellule familiale, l'éducation et parfois le regard extérieur ainsi que leur rapport à leur propre famille. 

J'ai trouvé cette histoire très agréable à suivre avec des personnages équilibrés et sympathiques (exit les personnages torturés). En effet, s'ils vont rencontrer quelques difficultés, elles sont minimes, ce qui est à la fois agréable mais pas forcement très réaliste.

Le graphisme est mignon et les dialogues présentent une pointe d'humour.

J'ai passé un bon moment de lecture, bien sympathique, avec une histoire optimiste et plutôt réaliste.

vendredi 13 avril 2018

De la terre dans la bouche d'Estelle Tharreau

Synopsis

Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s'aiment ou se détestent, même si les autres l'ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu'ils ont écrite au musée de la Chênaie.
Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui léguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d'un village martyr.
Guerre. Occupation. Épuration.
Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé !

Mon avis

Lorsque les éditions Taurnada m'ont gentiment proposé de découvrir un thriller historique en lien avec la seconde guerre mondiale, j'ai tout de suite accepté, non seulement parce que j'aime beaucoup ce que fait cette maison d'édition mais aussi parce que j'aime les romans historiques.

La plume de l'auteure est très agréable et très fluide. J'ai dévoré ce roman en deux jours car j'avais d'autres obligations. Si j'avais pu, je n'en aurais fait qu'une bouchée! Si tout d'abord, l'histoire à l'air relativement simple, l'intrigue va crescendo et tient son lecteur en haleine. Ce roman a été pour moi totalement addictif en entremêlant secrets de famille et secrets d'histoire, dans un village relativement isolé au sein de la forêt.

L'intrigue se déroulant dans les années 80, cela permet d'éviter de tomber dans un récit qui part à cent à l'heure avec des effets technologiques à tout va. Au contraire, j'ai trouvé que cela rendait les réactions des uns et des autres très crédibles. La fin de la guerre remontait à 40 ans, les survivants pouvaient encore avoir des intérêts à défendre. D'autre part l'absence de technologies actuelles permet de vivre l'aventure aux côtés d'Elsa et Fred à leur rythme.

Les personnages principaux sont attachants car humains avec leurs qualités et leurs défauts. Ils sont de la jeune génération, donc ils n'ont pas d’intérêts directs liés à la guerre, et comme le lecteur, ils découvrent l'histoire de leur famille et de leur village durant cette période sombre.

Concernant les survivants de la guerre, ils sont plus ou moins tous en demi teinte. En effet la guerre ne les a pas tous laissés indemnes. On découvre leurs différentes facettes tous au long du roman.

Du côté historique, j'ai aimé découvrir des choses que je ne connaissais pas sur la seconde guerre mondiale. On voit que l'auteure a effectué des recherches et sait faire passer les messages avec simplicité sans alourdir le récit.

Je conseille à tous les amateurs de thrillers historiques et de secrets de famille ce roman très agréable à lire, qui présente pas mal de surprises sous ses abords simples. Je lirai avec plaisir les prochains romans de cette auteure.

mercredi 11 avril 2018

Kilomètre zéro : Le chemin du bonheur de Maud Ankaoua

Synopsis

Et vous, jusqu'où irez-vous pour sauver une amie ? Maëlle, 35 ans, est directrice financière d'une start-up en pleine expansion. Ses passions: le travail, le luxe, et sa salle de sport. Une vie bien rodée jusqu'à ce que sa meilleure amie, atteinte d'un cancer, lui demande de récupérer une méthode ancestrale capable de la guérir. Commence alors un voyage inattendu au cœur des Annapurnas, guidé par un sage à la philosophie bouleversante. 

Mon avis

Il s'agit d'un roman initiatique. L'auteure a synthétisé ce qu'elle a appris à travers ses différents voyages et ses lectures afin de transmettre ce qui lui semble important. A la base ce roman a été écris pour ses proches avant d'être publier.

J'ai pris cette lecture comme un livre de développement personnel dont le format permet une approche plus détendue pour le lecteur. J'ai aimé suivre les aventures de Maëlle par petite touches, le soir avant de dormir. J'ai annoté plein de passages qui me permettront, je l'espère, d'évoluer comme je l'entends.

Ce roman m'a semblé dans la ligne des romans tels que "L'homme qui voulait être heureux" de Laurent Gounelle ou "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaelle Giordano.

J'ai pu rencontrer l'auteure lors d'une entrevue organisée par Babelio et me faire dédicacer mon exemplaire. Elle nous y a parlé de sa vie et de ses inspirations. Elle s'est montrée très naturelle et accessible. Je vous met en lien l'article babelio .

Il s'agit d'un roman de développement personnel très accessible et plein de bons conseils que je vous recommande chaudement.

jeudi 22 mars 2018

Les engloutis de Denis Lépée


Synopsis

Tommaso Mac Donnell débarque dans la petite ville sans histoire de Kotka, sur les rives du golfe de Finlande.
Si l’archéologue spécialisé en plongée sous-marine a accepté d’explorer ses eaux sombres, c’est autant pour évaluer un projet d’implantation d’éoliennes que pour fuir les fantômes de sa femme et de sa fille, qui le tourmentent depuis leur disparition un an plus tôt.
Se jetant à corps perdu dans cette mission qu’il croit simple et scientifique, Tommaso découvre bientôt de nombreuses zones d’ombre.
Le maire de Kotka, son ami de jeunesse, lui cache-t-il la vérité ? Pourquoi, depuis les financiers jusqu’à une jeune journaliste, tout le monde essaie-t-il de le décourager? Les menaces sont-elles réelles ou seulement l’écho de ses propres démons?
Dans cet univers où terre et mer se confondent, où les fonds troubles renferment une histoire longtemps engloutie, rien ne ressemble davantage à un allié qu’un ennemi

Mon avis

Je remercie les éditions de l'observatoire et Babelio pour la lecture en avant première de ce roman.

J'ai découvert, en quatrième de couverture, qu'il s'agissait des secondes aventures de Tomasso. Le fait de ne pas avoir lu ce premier tome ne m'a pas dérangé dans le suivi de cette histoire. Je ne sais pas si le fait d'avoir lu "L'ordre du monde" aurait changé mon approche.

Ce roman m'a fait très envie car notre héros est un archéologue et l'intrigue se déroule en Finlande. Pour ce qui est du côté archéologique et historique j'aurais aimé que cet aspect soit plus développé, en effet je suis restée un peu sur ma faim. Par contre pour l'univers Finlandais, j'ai eu l'impression d'y être. Ce roman m'a fait voyager lors de l'été polaire avec ses journées sans fin.

Excepté le premier chapitre, l'on suit toute l'histoire à travers les yeux et les pensées de Tomasso, ce qui ne donne au lecteur qu'un seul point de vue: est-il biaisé ou fiable? je me suis longtemps posé la question. Si ce parti pris de l'auteur permet de garder le suspens jusqu'à la fin, cela m'a aussi empêché de m'attacher au personnage principal qui tour à tour me paraissait touchant ou tête brulée (sans mauvais jeu de mots).

J'ai eu l'impression de suivre un roman d’espionnage, avec de l'action et des scènes de plongées en eaux glacées et sombres. J'ai passé un bon moment de lecture et je regrette seulement que le côté historique n'ait pas été plus développé car c'est ce qui m'a le plus intéressé.

mercredi 21 mars 2018

Jessie des ténèbres de Yann Rambaud

Synopsis

Jessie a quatorze ans. Jessie fait des cauchemars. Elle retourne toutes les nuits dans une maison plongée dans les ténèbres. Chaque pièce dissimule de terribles secrets, la clef de son intérieur, et chaque porte, chaque énigme, chaque épreuve traversée lui fait comprendre petit à petit le mystère de ses origines.

Le jour, elle vit d’autres cauchemars. Des cauchemars éveillés, cette fois, les mauvaises blagues et les railleries de ses camarades au collège, les questions qu’elle se pose depuis qu’elle sait que son père et sa mère ne sont pas ses parents biologiques. Qui était celle qui lui a donné la vie ? Pourquoi n’a-t-elle pas voulu de la petite Jessie ?

Heureusement, les ténèbres de Jessie sont trouées par d’éclatantes lumières. Il y a Alice, d’abord, cette jeune fille spontanée et rieuse qui l’entraîne chaque mercredi dans les plus absurdes dingueries, au cœur d’une forêt merveilleuse où les taupes rendent la vue et les grenouilles savent compter. Et puis il y a Gaspard, un garçon de sa classe qui la fascine et éveille en elle les premiers sentiments amoureux…


Mon avis

Après avoir lu Gaspard des profondeurs qui m'avait beaucoup marqué, ce second volet, qui peut se lire indépendamment du premier, propose un univers très particulier au sein d'une forêt.

Les deux principaux thèmes de cette histoire, que l'on va très vite découvrir, sont l'adoption et le harcèlement scolaire.

J'ai passé un très bon moment  grâce à  cette lecture jeunesse profonde, intelligente et poétique que l'on peut lire à tout âge et que je vous recommande chaudement.

J'ai rencontré l'auteur au salon de Montreuil, où j'y ai appris qu'un troisième tome était en préparation.

mercredi 14 mars 2018

Les cheveux dont je rêvais de Marjorie Jacquet

Synopsis

Paris, la mode, les hommes, le sexe, la légèreté, les amis... les ingrédients de la vie d'une trentenaire libre et inspirée. Jusqu'au jour où tout bascule, "vous avez un cancer du sein". Marjorie pleure, elle a peur. L'incompréhension, la colère d'abord puis l'épreuve à dépasser. Des amants qui disparaissent, des amitiés qui se renforcent, des liens précieux à jamais pour la vie. Marjorie affronte cette nouvelle réalité, elle livre tout dans ce récit avec sincérité et authenticité. De la perte de ses cheveux, de sa libido, de sa féminité jusqu'à la renaissance à l'aube de ses 40 ans.

Mon avis

Tout d'abord, il faut savoir qu'il s'agit d'un témoignage et non d'un roman. Marjorie est une journaliste de mode qui mène une vie digne des personnages de Sex and the city à Paris. Après un contrôle de routine, sa gynéco lui annonce qu'elle est atteinte d'un cancer du sein à 38 ans.

On va suivre Marjorie à travers cette épreuve, que ce soit les hauts et les bas, ses amis, ses amants, sa famille, son entourage professionnel, le personnel médical et les autres malades, mais aussi ses craintes, son évolution personnelle, les traitements médicaux (chirurgie, chimio, radiothérapie).

Ce témoignage est très humain, on y découvre les joies et les peines de Marjorie tout au long de cette période.

J'ai trouvé les personnages très attachants. L'écriture est fluide, j'ai dévoré cette histoire en deux jours, même si je n'ai pas toujours bien compris l'attitude de Marjorie avec ses cheveux et avec les hommes.

Je remercie Babelio et les éditions Max Milo pour cette lecture qui entre dans le cadre de la masse critique.