dimanche 17 novembre 2019

Les gardiennes du silence de Sophie Endelys

Synopsis

Chloé doit fuir Fécamp. Elle se réfugie sur Heldenskøn, petite île isolée entre la Manche et la mer du Nord. Ce n’est pas un hasard si la jeune femme a choisi cette destination sauvage et mystérieuse. Dans les archives familiales, elle a découvert un étrange manuscrit recouvert de plusieurs encres invisibles… Quel est le lien entre ce document et le monastère qu’elle aperçoit, perdu dans la lande ? Traquée et menacée, Chloé est-elle prête à aller au bout de la vérité ?

Mon avis 

Je remercie tout d'abord Babelio et les éditions Presses de la Cité qui m'ont permis de découvrir ce roman et cette autrice dans le cadre d'une masse critique.

Tout d'abord l'objet livre est très beau, avec une couverture aux effets cuivrés et un très bon papier. La mise en page et la typographie rendent la lecture agréable.

Le style est fluide. Sophie Endelys a fait des efforts concernant la construction du récit et la recherche de vocabulaire que j'ai beaucoup appréciés.

L'idée de départ d'une île isolée avec une société secrète protectrice du savoir, le tout parsemé de manuscrits et de suspense avait tout pour m'emballer. En effet, j'ai vraiment beaucoup apprécié la première moitié du roman, où l'on découvre l'univers de l'intrigue et son contexte historique.

Puis sont arrivées les choses qui fâchent. En effet l'autrice est partie dans l'excès du "to much" qui m'a fait lever les yeux au ciel plus d'une fois.

Tout d'abord, elle m'a perdu avec des éléments qui n'apportaient rien de bon à l'histoire et qui faisaient perdre toute crédibilité à mes yeux, notamment en ce qui concerne les mutilations des Blanches et les manipulations génétiques.

Ensuite, si certains retournements de situations étaient très intéressants et arrivaient à point nommé, d'autres nuisaient clairement à l'intrigue. Trop de retournements de situations tue le retournement de situation!

Mais le pire de tout pour moi est le personnage de Chloé qui n'était pas crédible dans ses réactions. C'est typiquement le personnage de série Z qui va se balader seul et désarmé, dans la nuit en forêt, quand un tueur sanguinaire rode dehors.

Vous l'aurez compris, j'ai un avis mitigé sur cette lecture qui m'avait mis l'eau à la bouche. Le pitch de départ, le contexte historique et la mise en place du roman sont très intéressants. Par contre, j'aurais aimé que l'autrice développe certains points, évite de se perdre dans des méandres incertains et assume jusqu'au bout une fin un peu plus originale.

mardi 29 octobre 2019

Les filles de Salem : comment nous avons condamné nos enfants de Thomas Gilbert

Synopsis

1692. Salem, en Nouvelle-Angleterre. Abigail, 17 ans, raconte l'histoire des sorcières de Salem dont elle fut l'une des victimes. Suspectées d'être possédées par le démon, des jeunes filles de ce village puritain dénoncent d'autres membres de la communauté de les avoir ensorcelées. La psychose s'emballe, donnant lieu à des procès en sorcellerie et à de nombreuses exécutions.

Mon avis

Honnêtement j'ai acheté cette bande dessinée suite aux avis plus que positifs, car à la base le graphisme très spécial ne me plaisait pas. En effet, cette histoire m'intriguait pour en avoir entendu parlé, mais sans réellement en connaître les détails.

Thomas Gilbert, après avoir étudié les minutes du procès de Salem, a publié en septembre 2018 ce roman graphique sur l'histoire des "sorcières" de Salem. 

Très rapidement, je me suis retrouvée captivée par l'histoire et j'ai fait abstraction des illustrations. Puis dans un second temps, je me suis mis à apprécier ces dernières qui retranscrivent très bien les émotions et les atmosphères.

On suit le récit des points de vue d'Abigail ainsi que de la fille du pasteur, de ce dernier et du magistrat venu prononcer les sentences. Ces différents angles de vue permettent au lecteur d'appréhender simplement la complexité de la situation qui a conduit à ce drame.

Le lecteur va découvrir les conditions de vies des habitants du village de Salem au 17eme siècle, mais aussi leurs croyances mêlées à l'obscurantisme et au fanatisme religieux, ainsi que leurs relations avec les indiens d’Amériques des tribus environnantes.

Je me suis attachée au personnage d'Abigail qui essaie de survivre dans cet environnement misogyne et de s'octroyer des moments de liberté qui lui couteront la vie. On a beau connaître le dénouement je n'ai pu retenir une larme à la fin.

Ce roman graphique est un beau plaidoyer contre l'obscurantisme et le fanatisme religieux, plus que d'actualité, que je recommande.

Il s'agit de mon premier coup de cœur de l'année et de ma sixième lecture dans le cadre du Pumpkin autumn challenge

mercredi 9 octobre 2019

Révélez la sorcière... qui dort en vous ! de Gabriela Hetsik

Synopsis

Regorgeant de charmes et de rituels pour prendre soin de soi-même et tenir à distance les influences toxiques, voilà un véritable manuel, indispensable aux femmes qui veulent être au contrôle de leur vie et se reconnecter avec elle-même. Auteure, alchimiste de la mode et sorcière ultramoderne, Gabriela Hertsik révèle tous les secrets d'un art ancestral avec une modernité qui séduira toutes celles en quête de magie et d'empowerment. Après tout, ce sont les femmes de « pouvoirs » qui font tourner la planète... et ce sont probablement des sorcières !

Mon avis

Voici ma cinquième lecture du Pumpkin Autumn Challenge sur le thème des sorcières.

Ce petit "manuel" de 300 pages, à petit prix, présente de façon claire le b-a-ba des différentes diciplines pratiquées par les sorcières.

L'auteure explique de façon claire et succincte les "bases" de choses aussi variées que le karma, les fêtes païennes, les chakras, le tarot, les plantes, la lune, l'astrologie et le cristaux par exemple.

Elle développe aussi toute une partie sur le glamour de la mode et l'importance des routines matinales.

J'ai trouvé cette lecture très intéressante et à mon avis chacune peut y prendre ce qui la touche et laisser ce qui ne lui parle pas. En effet certaines parties m'ont plus intéressées que d'autres. Après soyons claires, il s'agit d'un petit ouvrage pratique de vulgarisation qui surfe sur la vague du développement personnel et du thème des sorcières qui tend à devenir à la mode dans  les librairies depuis quelques mois.

Je recommande donc ce livre aux curieuses, qui comme moi ni connaissent rien aux influences de la lune et à leur thème astral par exemple.

mardi 1 octobre 2019

La maison de la nuit, tome 01 : Marquée de P. C. Cast et Kristin Cast

Synopsis

Dans un monde qui pourrait être le nôtre vit Zoey Redbird, une adolescente presque comme les autres.
Un soir après les cours, un jeune homme inquiétant s'approche d'elle. Soudain, il la désigne du doigt et lui dit : "Zoey, ta mort sera ta renaissance, ton destin t'attend à la Maison de la Nuit". a ces mots, une marque mystérieuse apparaît sur son front. Zoey est terrifiée mais - elle le sait - elle doit intégrer le pensionnat où sont formés les futurs vampires, pour y réussir sa Transformation ou mourir.

Mon avis

Voici ma quatrième lecture dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge sur le thème des vampires.
 
J'ai lu ce roman par curiosité et sans aucun  a priori, je ne connaissais ni l'auteur, ni l'histoire.

Ce roman est le premier volet d'une série en 12 tomes. 

Le style est simple et efficace. Les pages défilent toutes seules. Les descriptions sont très visuelles: j'avais l'impression de regarder une série télé.

Les personnages sont attachants mais trop stéréotypés à mon goût. Zoey est une jeune fille qui cumule des qualités extraordinaires et le beau gosse de l'école tombe sous son charme. Tous les personnages sont sans nuances, je ne rentre pas plus dans le détail pour ne pas tout vous dévoiler. 

Comme c'est un premier tome, il présente  l'univers qui est très intéressant et il s'agit à mon sens du point fort de ce roman.

Il s'agit d'une bonne lecture délassante, qui manque un peu de profondeur. J'ai eu l'impression de regarder une série fantastique pour adolescents.

mardi 24 septembre 2019

Monsterland de Jean-Pierre Joblin et Olivier Le Discot

Synopsis

Il n'y a pas de réel que l'on ne voit pas. Ne regardez pas trop les murs des cimetières sous la lune... Et si vous y entendez parler une langue inconnue, ne vous en approchez pas. Sous le lierre qui dévore les pierres, entre les éboulis, les fissures... Ils sont là... Qui "ils" ?... Ainsi commence Monsterland.

Mon avis

Il s'agit d'un très bel objet livre. La couverture est légèrement matelassée, le papier est très épais, il imite du parchemin et il y a de nombreuses illustrations en noir et blanc. (cf illustration en fin d'article)

On y retrouve des extraits de notes manuscrites des aïeux des auteurs ainsi que des photographies de créatures fantastiques.

On voyage ainsi à travers la France, aussi bien dans des villes que des campagnes, à la découverte des légendes locales. Cela rend cette lecture troublante, car l'on se retrouve à suivre des aventures dans des lieux qui existent réellement. Ce qui amène le lecteur à s'interroger sur la réalité des faits mentionnés. C'est un des points forts des auteurs qui arrivent à faire douter le lecteur. Ont-ils vraiment côtoyé un loup garou, la bête du Gévaudan et bien d'autres créatures?

Par contre j'espérais un peu plus d'explications relatives à ces différentes créatures.



Exemple illustrant l'intérieur du livre



Il s'agit de ma troisième lecture dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge

mercredi 18 septembre 2019

Une balançoire pour deux de Nanci Turner Stevenson

Synopsis

« Annie a besoin de liberté », a déclaré le psychologue. Fini le quotidien réglé à la seconde près par sa mère ; elle passera l’été de ses douze ans à la campagne. C’est là qu’elle rencontre California. Si Annie souffre de troubles alimentaires et de crises d’angoisse, sa nouvelle amie n’a peur de rien, marche pieds nus dans l’herbe, grimpe aux arbres et parle aux animaux. Mais derrière cette joie de vivre se cache un lourd secret…

Mon avis

J'ai acheté ce roman sur un coup de tête, je n'en avais pas entendu parler sachant que la littérature jeunesse n'est pas mon style de prédilection. J'ai craqué sur la couverture et le synopsis qui annonçaient un dépaysement à la campagne avec des aventures d'adolescents à la Tom Sawer.

Effectivement, le récit emporte le lecteur dans des petites aventures champêtres par exemple, mais cette histoire ne se limite pas à cela et mérite d'être poursuivie jusqu'au bout, car je n'ai pas vu venir la fin, ce qui est assez rare pour être mentionné!

Ce roman est très profond sous ses apparences légères: il parle de nature et d'amitié, mais aussi de la famille et des relations parents-enfants notamment.

Le style est agréable et les personnages sont attachants. Je ne peux vous en dire plus sans risquer de vous gâcher votre lecture. Même si les personnages principaux ont douze ans, ce roman peut plaire à un publique adulte sans aucun problème.

Je vous recommande très fortement cette superbe lecture qui fait grandir!

Il s'agit de ma seconde lecture dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge!

dimanche 8 septembre 2019

Gizelle et moi : Comment un énorme chien m'a réappris à vivre de Lauren Fern Watt

Synopsis

Dès le premier regard, entre Lauren, petit bout de femme d'une vingtaine d'années, et Gizelle, énorme mastiff de 70 kilos, c'est le coup de foudre. Inséparables, elles vont traverser les petits boulots sous-payés, les galères d'apparts trop petits, les coups de blues passagers, mais aussi les joies de Central Park et les premiers émois des relations amoureuses... Et puis la nouvelle tombe. Gizelle est atteinte d'un cancer incurable. Mais pas question de se laisser abattre : soirée Netflix, dégustation de hot-dogs au homard, recherche effrénée de la meilleure des crèmes glacées, road trip de folie... Les deux amies se concoctent une bucket list d'enfer ! En offrant à Gizelle ses derniers petits bonheurs, Lauren va se fabriquer des souvenirs inoubliables et retrouver le chemin de la confiance et de la sérénité.

Mon avis

J'ai lu ce roman tout d'abord car j'aime les histoires où les animaux ont un impacte sur la vie des humains qui les entourent et aussi car j'ai la flacheuse habitude de ne pas lire les synopsis souvent très spoilant.

Il faut être honnête ce roman s'adresse en priorité aux amoureux des animaux, mais pas que. En effet on y suit Lauren, de son adolescence à sa vie de jeune adulte, qui fait face à la fois aux changements et aux responsabilités de cette période très spéciale de notre vie mais aussi à des soucis familiaux. 

J'ai trouvé Lauren attachante et le style fluide, ce qui a rendu la lecture agréable.

Je dois avouer que j'ai terminé ma lecture en larmes, d'où la nécessité de lire parfois les synopsis pour savoir à quoi on va faire face. 

Comme l'auteure a rédigé son histoire a postériori, elle nous fait un point assez concis sur son évolution et les leçons qu'elle en a tirées à la fin du livre, ce qui rajoute un peu de maturité à l'histoire qui ne se borne pas a être un journal de bord.

Je recommande vivement cette lecture, qui présente en bonus des photos couleur des différentes péripéties canines, car il ne faut pas oublier que c'est un témoignage basé sur une histoire vraie.

Il s'agit de ma première lecture qui entre dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge!

mardi 2 juillet 2019

Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ? de de Carole-Anne Eschenazi

Synopsis

Tara Bouviers vient de fêter ses 40 ans quand elle voit sa vie s’effondrer : Victor, son mari producteur, lui annonce qu’il la quitte pour une femme plus jeune, Sherry. Celle-ci animera désormais l’émission MyBeauty à la place de Tara. Sous le choc, Tara se réfugie chez sa marraine Louisiane qui lui laisse les clés de sa maison sur l’île bretonne d’Arvana. Dans la maison de Louisiane, Tara découvre le cadeau singulier qu’a laissé sa marraine pour elle : un jeu divinatoire doté d’étranges pouvoirs dont le but serait d’aider celui qui l’utilise à retrouver le bonheur. Une fois les cartes tirées, elles font apparaître un message : une action à mener dans un temps imparti. Lorsque l’action a été proprement menée, une croix bleue se dessine au bas de la carte. On peut alors tirer la carte suivante et continuer la partie jusqu’à son terme. Tara choisit de relever le défi et de se servir du jeu…

Mon avis

Si l'histoire est assez prévisible, c'est quant même une lecture simple, agréable, dépaysante et délassante

En effet, les personnages sont attachants. De plus les descriptions sont très visuelles: on a l'impression de voir un film défiler sous nos yeux. 

Par ailleurs, ce roman sympathique présente quelques bons conseils de développement personnels, simples et abordables, qui pourront permettre à beaucoup d'entre nous d'aller de l'avant.

Pour moi, il s'agit d'un roman feel-good bien agréable pour l'été, parsemé de bons conseils.

vendredi 21 juin 2019

Les Galeries hurlantes de Jean-Marc Dhainaut

Synopsis

Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu'elle sait, c'est son âge et qu'il n'aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l'aide. Et si l'origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d'accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d'un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d'hiver, treize ans plus tôt.

Mon avis

Je dois avouer dès le départ que je lis systématiquement tous les écrits de Jean-Marc Dhainaut. C'est donc les yeux fermés, sans même lire le synopsis, que je me suis lancée dans cette lecture.

Dans ce nouvel opus des aventures de Alan Lambin, notre chasseur de fantômes scientifique, qui peut se lire indépendamment des précédents tomes, bien que je le déconseille car la vie personnelle du personnage principal s'étoffe de récit en récit. D'ailleurs, dans cette nouvelle aventure, la part  historique liée aux corons du nord de la France, qui reste largement prépondérante, laisse un peu plus de place à l'évolution  de notre personnage principal qui prend une nouvelle tournure et annonce un prochain opus assez différent de celui-ci.

Concernant le style, il est fluide et agréable. Le roman se lit très bien et en peu de temps. L'auteur sait distiller des petites pointes de frissons sans terroriser les lecteurs et lectrices un peu froussards comme moi. Après je dois avouer que je n'étais pas forcément rassurée lorsque je lisais en pleine nuit. 

Je trouve les personnages assez attachants, bien que l'on ait que le point de vue d'Alan, car ils ont leurs qualités mais aussi leurs failles.

L'intrigue se renouvelle de tome en tome avec des contextes historiques, des régions et des histoires familiales différentes. J'apprécie toujours autant le contexte des années 80, où la science et la technologie de l'époque permettent un petit moment de nostalgie pour le lecteur. J'ai passé un très bon moment de lecture et je remercie les éditions taurnada de nous proposer des petites pépites.

lundi 6 mai 2019

Aromantic (love) story, tome 1 de Haruka Ono

Synopsis

Kiryu est autrice de manga, et ce qu'elle adore par dessus tout, ce sont les shônen mangas bien sociaux, à l'ancienne ! Le problème, c'est que ce genre ne marche plus du tout, ces derniers temps... Et du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de se lancer dans un autre genre de shônen : le harem manga ! Gros hic : elle n'y comprend rien, elle n'aime pas ça et surtout... elle ne s'intéresse pas du tout à l'amour !! Bien malgré elle, elle commence malgré tout à dessiner un shônen romantique pas très intéressant... dont le succès est FULGURANT ! Son titre devient un poids lourd du magazine de prépublication, et est même adapté en anime ! La voilà forcée (et condamnée) à continuer de dessiner un shônen romantique... alors qu'elle ne comprend rien à l'amour ! Elle ne voit même pas, autour d'elle, son jeune assistant ou le producteur qui s'intéressent à elle...


Mon avis

Ce shojo est original car il a une femme pour personnage principal, et, cette dernière est aromantic: c'est à dire qu'elle ne tombe pas amoureuse. C'est intéressant de suivre son point de vue, comment elle envisage ses relations avec la gent masculine. En effet, nous avons un homme plus jeune et un plus âgé qui lui font la cour.

J'aime le fait que l'on se focalise sur les pensées et le ressenti aromantic du personnage.

J'aime beaucoup également tout les détails sur la vie de mangaka, la création d'un manga et son adaptation en animé. C'est très intéressant de voir l'auteure défendre ses personnages et son intrigue d'origine contre les modifications commerciales et la pression des fanfictions par exemple.

Ici pas d'histoire à l'eau de rose pour l'instant, mais des points de vues intéressants sur les relations homme-femme ainsi que sur l'univers des mangakas.

Cette série, terminée en 5 tomes au Japon, me plait beaucoup pour l'instant: reste à voir comment l'intrigue évolue dans les tomes suivants.

Attention l'univers de ce shojo ne correspond pas à ce que laisse paraitre la couverture, nos personnages n'ont pas cette allure pour l'instant, la femme est très quelconque, le jeune homme est réservé avec un sweet à capuche pendant tout le tome. Pour l'instant ce n'est pas girly, ni romantico-historique comme le laisse supposer la couverture

samedi 13 avril 2019

Essentiel, tome 2: Ala découverte de soi, Claire Thomas et Jeremy Averous

J'ai un avis très partagé et j'en suis désolée. J'étais ravie de pouvoir découvrir ce livre grâce à la masse critique Babelio.

Pour les points positifs, j'aime le format et les illustrations: c'est un livre de très bonne facture. De plus les thèmes abordés sont intéressants.

Par contre, je suis beaucoup plus réservée sur le contenu. Je n'ai pas réussi à comprendre si cet ouvrage se destine à un public néophyte, car la plupart des points ne sont pas creusés, ni expliqués, ou à un public de spécialistes.

En effet, il y a parfois des informations complexes non connus du grand public qui ne sont pas du tout expliqués, notamment sur la numérologie et les vies Karmiques ou le walk in, dont je n'avais jamais entendu parler. Heureusement, il y a certaines parties sur la méditation et la maladie qui au contraire sont très abordables.

Pour finir, dans ce qui m'a gêné, il y a un mélange assez hétérogène selon les sujets entre les éléments scientifiques et reconnus, et d'autres explications qui peuvent paraître "farfelues", car le lecteur ne sait pas ce qui étaie ces propos, dont il n'a jamais entendu parle,r et qui ne sont pas expliqués.

Au final, j'ai eu l'impression de lire certaines parties trop simples qui ne m'apprenaient rien de nouveau et d'autres parties trop" difficiles" d'accès pour pouvoir les creuser par moi même. En effet, j'ai eu l'impression de suivre une conversation entre deux personnes qui utilisent une langue étrangère sans en avoir toutes les clés de lecture et de compréhension nécessaires.

samedi 6 avril 2019

Mon ombre assassine de Estelle Tharreau

Synopsis

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.


Mon avis

J'ai déjà lu il y a quelque temps un autre roman de cette auteure De la terre dans la bouche qui m'avait déjà beaucoup plu à l'époque. Estelle Tharreau propose des thrillers assez sombres mais fort heureusement avec des intrigues bien différentes.

J'ai beaucoup aimé cette lecture, que j'ai dévorée, car j'étais comme hypnotisée par ce récit à la fois froid et cruel. J'avais envie de découvrir ce qui allait advenir du personnage principal, allait-elle être rattrapée par la justice, qui seraient ses victimes, etc. Et oui je me suis retrouvée du côté de la sérial killeuse, ce que je n'aurais jamais cru !

En effet, le récit se présente sous forme d'un témoignage entrecoupé d'articles de presse, d'extraits de livres, de témoignages, d'auditions, de conclusions d'enquête qui donne au lecteur l'impression à la fois d'être le confident de Nadège mais aussi d'être son juge.

Vu le personnage, je m'attendais à la détester, et sans comprendre ce qui m'arrivait, je me suis retrouvée prise de compassion pour elle. C'est l'une des singularités de ce roman, le lecteur change de camp. Si Nadège est froide et calculatrice, son entourage est exécrable avec elle, elle subit leur mesquinerie et leur folie depuis son plus jeune âge.

Pour ce qui est du style, je l'ai trouvé simple et efficace, ce qui a rendu la lecture agréable. De plus ce roman est assez court, comme souvent dans cette collection, ce qui permet une lecture rapide. S'il y a quelques scènes assez trashs, je n'ai pas été choquée car le récit assez sobre et "froid" permet de prendre du recul.

Pour conclure, j'ai beaucoup apprécié le fait de découvrir le récit du point de vue de la tueuse en série, c'est très différent des romans sur les tueurs en série masculins. Je recommande fortement ce roman pour les amateurs de thrillers et je remercie les éditions Taurnada pour cette lecture.





mercredi 13 février 2019

La Croisade des Carpates de Vanessa Callico et Diana Callico


Synopsis

Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d'une jeune aristocrate du XVème siècle promise à Vlad Drakul ?
C'est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussé dans une faille volcanique par le linguiste qu'elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l'esprit d'un légat du pape, il s'agit de Drakul, n'a que ce moyen pour sauver les deux époques de l'Apocalypse.
Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIeme siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVème, de monstrueuses créatures surgissent au cœur du Danube.

Mon avis

J'ai lu ce roman après avoir rencontré l'auteur aux Imaginales.

Il s'agit du premier tome d'une trilogie qui est maintenant terminée.

Attention, il ne faut pas se fier à la couverture et au titre, il ne s'agit pas d'une romance, ni d'une histoire de vampires, mais d'une intrigue centrée sur le mythe de l'Apocalypse.

J'ai beaucoup apprécié le vocabulaire recherché, voir soutenu, adapté au contexte historique et ou scientifique: j'y ai appris quelques mots! De plus, chaque chapitre commence par une citation de textes anciens comme la bible, le coran ou plus récemment la légende des siècles de Victor Hugo.

Il y a pas mal de scènes gores: à éviter si vous avez la phobie des insectes en tous genres.

L'intrigue est très développée avec des aspects très différents d'un chapitre à l'autre, on ne s'ennuie pas.

Comme vous pouvez le voir, ce roman présente des caractéristiques bien spécifiques, dont il faut tenir compte, car elles ne plairont pas à tous, mais il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'un roman très riche.

lundi 4 février 2019

Solitude d'un autre genre de Kabi Nagata

Synopsis

Kabi Nagata, 28 ans, souffrant de dépression et de troubles alimentaires, vit encore chez ses parents, et n’a pas trouvé sa place dans la société. Après de nombreux échecs et petits boulots, elle réalise ce qu’elle souhaite vraiment faire : dessiner des mangas ! En parallèle de ses débuts artistiques, elle se sent terriblement seule et réalise qu’elle n’a aucune expérience sexuelle. Elle désespère d’avoir quelqu’un ne serait-ce que pour la prendre dans ses bras. Elle décide alors, pour le bien de sa création artistique mais aussi pour elle-même, d’avoir recours à une prostituée afin d'être prise dans les bras...

Mon avis:

Cette bande dessinée sur le mal être d'une adolescente, puis d'une jeune femme japonaise, concentre à elle seule de nombreux problèmes que rencontrent les jeunes japonnais: rapport aux parents, problème de logement, vie sentimentale, rapport au corps, pression sociale, angoisse, etc...
C'est à la fois synthétique car le lecteur apprend beaucoup en une seule lecture, mais d'un autre côté cela fait parfois beaucoup pour un seul personnage.

Le graphisme est minimaliste mais il transmet bien le message. J'ai trouvé que ce livre se lisait facilement. J'ai beaucoup apprécié la post face qui explique bien le contexte dans lequel s'inscrit ce récit avec des éléments de culture japonaise.

Contrairement à ce qu'annonce le bandeau amovible "racoleur" à mon goût, ce manga n'aborde pas tant la sexualité de l'auteur, mais plutôt son absence de sexualité et son rapport au corps compliqué.

J'ai trouvé cette lecture très intéressante. Elle explique le cheminement intérieur de l'auteure pour sa reconstruction.

Je remercie babélio et la maison d'édition Pika graphique pour cette très belle lecture qui entre dans le cadre de la masse critique babelio.

dimanche 16 décembre 2018

Mauvais genre de Isabelle Villain

Synopsis

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d'une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l'équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d'une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d'effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L'entourage de la victime est passé au crible, et l'histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Mon avis

Tout d'abord je tiens à dire qu'il s'agit d'une bonne lecture. En effet, ce roman est agréable à lire. 

Le lecteur suit les enquêtes (3 ça commence à faire beaucoup) du point de vue des enquêteurs, donc il n'est pas omniscient comme souvent.

Par contre, je trouve que le nombre d'intrigues abordées au sein d'un petit roman donne l'impression que les enquêtes sont survolées et peu approfondies. De même les personnages sont relativement attachants mais ils ne sont pas très approfondis. Je ne sais pas si cela est voulu. En effet, la fin laisse supposer une suite. Peut être que l'auteure va développer ses personnages dans un prochain tome?
 
Pour ce qui est du mystère, j'ai quasiment tout vu venir, sauf le retournement final où je me suis complètement trompée de coupable!
Ce roman aborde différentes thématiques intéressantes avec notamment la condition des femmes. J'ai trouvé qu'il y a pas mal de violences en tous genres dans ce récit.

Pour conclure, je trouve qu'il s'agit d'un policier qui se lit bien et rapidement, mais qui aurait mérité d'être un peu plus approfondi.

Je remercie les éditions taurnada pour cette lecture.